« Le vaccin vous permettra de vivre une expérience enrichissante et inoubliable à l’UNIL, comme il se doit ! »

Cette phrase n’est pas tiré d’un spectacle d’humour ou d’une mauvaise parodie, non. C’est le recteur de l’Université de Lausanne, Frédéric Hermann, qui conclut un de ses courriels destinés aux étudiants avec cette pépite de novlangue.

Dans quelques secondes vous allez entendre Larissa, qui a succombé aux sirènes vaccineuses, dont Frederic Hermann est probablement la reine. Larissa ne voulait pas. Avec son passé épileptique, pourtant stabilisé depuis plusieurs années, elle ne la sentait pas. Elle avait raison. Pour elle, exclu de faire une deuxième dose. Et une seule dose ne suffira pas pour obtenir le sésame sanitaire qui lui permettrait d’assister aux cours de l’université en présenciel. Écoutez bien son histoire. La discrimination, maintenant disponible en QR-code.

Comments are closed